Tribune

Journal Le Matin du vendredi 14 septembre 2001

PRIMES MALADIE Diminuer les cotisations, c'est possible : Deux Genevois donnent l'exemple avec une structure basée sur le dialogue 100 fr. de ristourne

C'est du jamais-vu. A Genève, 4550 personnes vont recevoir 100 francs de ristourne sur les primes d'assurance maladie qu'elles ont payées en l'an 2000! Un miracle? Non, une bonne gestion due à deux médecins : Marc-André Raetzo et Philippe Schaller, qui ont créé voilà dix ans un réseau de soins : Delta. Depuis, ils font fondre les coûts de la santé. Les deux médecins le clament depuis longtemps: diminuer les cotisations de l'assurance maladie, c'est possible. Mais, cette fois, ils en ont la preuve.En effet, en l'an 2000, la CSS (Chrétienne Sociale Suisse) leur a confié la gestion du portefeuille de ses assurés genevois en réseau. Résultat: les deux toubibs ont économisé 37 500 francs par mois sur les 633 721 francs qu'ils avaient à disposition pour payer les frais médicaux de leurs "clients".

Comment?

Tout simplement en intensifiant au maximum le dialogue. "Nous avons créé le premier réseau de médecins de famille, explique le Dr Raetzo. Cela signifie que les assurés ont l'obligation de consulter un des 54 praticiens de notre groupe avant d'aller chez un spécialiste. Nous nous réunissons une fois par semaine pour discuter des différents cas et échanger nos points de vue et nos expériences. Ensuite, on en parle avec nos patients." A bout du compte, on constate une diminution des examens médicaux et dés médicaments prescrits. Mais pas question de faire des économies sur le dos des malades. Une étude médicale montre d'ailleurs que les clients du réseau de soins Delta estiment avoir bénéficié de tous les soins nécessaires.

Trois assurances travaillent avec ce réseau genevois, la CSS, l'Helsana et le Groupe Mutuel. Et offrent 20% de réduction de prime à leurs clients qui acceptent d'y être intégrés. "Elles pourraient faire mieux, assure Marc-André Raetzo. La preuve : la CSS a diminué de manière arbitraire de 37% le montant effectif qu'elle nous a versé pour chaque patient. Et malgré cela nous avons fait des économies!"
Pascal Bieri